EN PAIE, L’INTELLIGENCE N’EST PAS UN ARTIFICE

L’intelligence Artificielle va-t-elle un jour remplacer complètement les tâches de l’homme ? Quelle est la limite de cette intelligence face au travail quotidien administratif ? Notre article va essayer d’y répondre mais en se focalisant dans le métier de la paie.

Certains sites prévoient la suppression d’un certain nombre d’emplois dans les cabinets comptables. Le métier de la paie pourrait -il disparaître ?

Premier constat, les gestionnaires paie doivent appliquer quasiment instantanément les décisions du législateur. Nous venons de le voir au mois de Janvier, le paramétrage des nouvelles mesures au dernier moment est particulièrement complexe. Les éditeurs de logiciel ne peuvent se mettre à chaque chevet des entreprises. Les nouveaux dispositifs de la loi de Finance seront seulement appliqués en Février dans certaines entreprises.

Pour ceux qui ne connaissent pas le métier, le bulletin de paie est devenu simplifié (ou clarifié des calculs compliqués !). Nous vous l’affirmons : le « CALCUL » du bulletin de paie est loin d’être simplifié. De plus, les éditeurs et les gestionnaires de paie doivent comprendre et appliquer les mesures au dernier moment. Nous sommes actuellement dans un environnement complexe et non simplifié.

Certains considèrent le métier de la paie comme un presse bouton. Alors, que le gestionnaire paie subit une pression morale afin d’envoyer les paies et les charges sociales dans le bon timing.

Deuxième constat, c’est une certitude que les logiciels vont être de plus en plus développés. Nous allons certainement être surpris par les nouvelles technologies mises en place. Par conséquent, l’intervention du gestionnaire paie sera-t-elle diminuée par la mise en place d’outils plus efficients ?

Nous sommes dans un domaine qui nécessite un contrôle. Par exemple, nous devons examiner la DSN avant chaque envoi, même si le temps pour l’effectuer est court. En effet la paie n’est pas un métier comme un autre qui s’exerce sans filet. Les risques sont nombreux et peuvent être catégorisés au nombre de quatre:

  • Ne pas payer correctement le salarié,
  • Ne pas calculer correctement les droits du salarié (chômage, IJSS, retraite…)
  • Mal calculer le net imposable et le PAS qui en découle
  • Mauvaise estimation des charges patronales de l’entreprise qui peuvent parfois conduire à des fermetures d’entreprise

Pour toutes ces raisons, il est évident qu’un contrôle doit être réalisé.

Même si les logiciels vont nous aider à réaliser des paies de plus en plus correctes, le métier de gestionnaire paie ne peut disparaître pour des raisons humaines. A moins qu’un robot se déplace au sein de l’entreprise (rassurez vous cela n’est qu’une fiction) il faudra toujours la présence d’un intermédiaire entre la machine qui produit la paie et le salarié.

Pour conclure, la paie est un métier à part pour son côté technique mais aussi imprévisible. Il nécessite pour chaque gestionnaire paie, l’acquisition de nombreuses qualités techniques et humaines. Les gestionnaires paie devront s’adapter à l’Intelligence Artificielle. Mais pour réaliser et comprendre un bulletin, nous devons utiliser notre intelligence qui est loin d’être un artifice ! 

Laisser un commentaire