L’EVOLUTION NUMERIQUE SECURISE T-ELLE LA PAIE A 100 %?

L’évolution des logiciels de paie ont eu pour effet d’optimiser la gestion de la paie. Cette mutation a-t-elle pour autant sécuriser la paie à 100 % ?

Une saisie facilitée

Les logiciels de paie intègrent directement les informations sur la  paie. Les gestionnaires gagnent un temps précieux grâce à cette manipulation. Mais il faut se préoccuper de la qualité des données intégrées directement dans le logiciel de paie. La personne qui saisit les variables, va-t-elle correctement entrer celle-ci dans le logiciel ? La validation du bulletin de paie par le dernier contrôleur a son importance.

Un paramétrage à vérifier

Les logiciels de paie sont capables désormais, d’avoir un paramétrage très évolué. Vous intégrez une fiche de paramétrage d’un organisme de Mutuelle. Vous indiquez le nombre d’enfants du salarié. Le logiciel applique directement la base et le taux à appliquer pour cette couverture Frais de santé. Ceci est un vrai gain de temps pour les gestionnaires paie. Encore faut-il être prudent lors du paramétrage. La couverture est-elle obligatoire et collective ? Quel est son traitement au niveau social ?

Attention aux choix proposés par le logiciel de paie

Vous pouvez constater une absence en jours calendaires ? Le maintien de salaire sera toujours appliqué dans le calcul des indemnités de congés payés ? Certaines règles proposées par le logiciel de paie peuvent avoir des impacts sur le calcul du droit du salarié.

S’appuyer sur les informations du logiciel pour effectuer les contrôles.

Nos outils ont la possibilité de sortir un maximum d’informations, exploitables sur un tableur. Nous pouvons réaliser des contrôles de cohérence, par échantillonnage, ou de rapprochement entre rubriques. Pour les établissements, avec un volume important de paies, ces contrôles permettent de mettre en valeur….un mauvais paramétrage du logiciel de paie.

Une législation complexe à intégrer en paie.

Les logiciels de paie sont paramétrés par son utilisateur, le service SIRH ou par l’éditeur. Certaines entreprises ont intégré les nouvelles mesures seulement au mois de Mars. En effet, le trouble autour du calcul de la réduction de cotisations salariales ainsi que l’exonération des heures supplémentaires en est le parfait exemple.

Un souhait d’optimiser financièrement la production de la paie

Le prix d’achat de certaines solutions en paie a augmenté par suite de ce développement. Certains cabinets souhaitent que les gestionnaires paie réalisent plus de 1.000 paies par mois. Même si la quantité de travail ne se mesure pas au nombre de bulletins de paie réalisés, peut-on en toute sécurité établir ces paies ?

Le numérique et l’humain pour objectif de sécuriser la paie

Pour l’année 2019 et comme toutes les précédentes, le métier de gestionnaire paie ne s’est jamais résumer à appuyer sur un bouton. Bien que, les logiciels de paie tendent à faciliter les pratiques en paie, ces avancées n’excluent pas le rôle indispensable de contrôle du professionnel de la paie. De plus, la plus-value de ce dernier réside dans le fait qu’il soit capable d’assimiler des subtilités souvent passés à la trappe ou inintelligible par le logiciel de paie. Ainsi peu importe la performance et la robustesse  de ce dernier, si elles ne sont pas couplées à la vigilance, la rigueur et aux  garde-fous du professionnel paie, elles en deviennent caduques.

Laisser un commentaire