LE STRESS DU GESTIONNAIRE PAIE

Le métier de gestionnaire paie est stressant à plusieurs niveaux.

LE STRESS DES ÉCHÉANCES

Le 4, le 14, le 23 (pour exemple pour cette dernière date) de chaque mois, le gestionnaire paie doit respecter des délais. Il ne peut partir en vacance ou avoir l’esprit tranquille tant que les DSN ou les paies n’ont été faites.

LE STRESS DE L’IMPRÉVU
Nous ne parlons pas de certaines caisses de prévoyances qui vous adressent des relances alors que les DSN ou les paiements ont bien été effectués. Mais plutôt d’emails que vous recevez à 11H34,  qui vous demandent de faire le solde de tout compte d’un salarié avant 12H. Le pire c’est que la DPAE  de ce dernier n’ a jamais été réalisée (on est au courant qu’il est rentré, lorsqu’il sort !). Le solde de tout compte sera réalisé d’ici la fin de journée.

 

LE STRESS D’ESSAYER D’ÉVITER LES ERREURS

Les logiciels de paie ont évolué. Il parait qu’il suffit d’appuyer sur un bouton. La réalité est plus complexe. Quel professionnel de la paie n’a pas fait d’erreurs ?Surtout que ces erreurs peuvent provenir de plusieurs sources.

LES ERREURS SONT LOURDES DE CONSÉQUENCES

Les erreurs ont pour incidences, d’avoir plus tard des redressements URSSAF ou des litiges aux prud’hommes. Avec parfois, des sanctions financières lourdes de conséquences pour l’entreprise.

LE STRESS DU SALARIE

Les salariés veulent parfois comprendre (et c’est tout à fait légitime) les informations précisées dans leurs bulletins de paie. Dans un environnement complexe (avec un bulletin de paie clarifié !), le salarié pense que la réponse ne peut être aussi compliquée. De plus, il essaie parfois de comparer son bulletin de paie avec celui de son voisin (dont les règles conventionnelles sont bien différentes).

LE STRESS DE L’EMPLOYEUR
L’employeur souhaite que les paies soient faites correctement, rapidement et sans erreurs…….avec le moindre coût. Les gestionnaires paie (à l’intérieur de l’entreprise ou en cabinet), passent un temps non négligeable, à répondre aux questions de l’employeur.

LA VEILLE SOCIALE STRESSE TOUT LA PROFESSION

La veille sociale (et fiscale maintenant !) prend un certain temps aux gestionnaires paie. Celle-ci ne se limite pas à lire les dernières nouveautés. Les dernières informations doivent être analysées afin de comprendre les derniers impacts au niveau de l’entreprise. Cela entraîne chez le gestionnaire de paie, plusieurs  interrogations pertinentes, comme en entre autres : La mise en place du PAS va t-elle être bien paramétrée sur mon logiciel ? Quel est l’impact financier de la nouvelle réduction FILLON ? etc…

LE MÉTIER DE GESTIONNAIRE PAIE : UN MÉTIER EN OR !

Selon un cabinet international de recrutement, le métier de gestionnaire paie est un des 7 jobs en or sur lequel il faut miser.

Mais certaines entreprises ont des difficultés, à trouver des professionnels pour exercer, immédiatement sur le terrain les connaissances acquises à l’école. La question du niveau de salaire se pose également.

CONCLUSION : OUI DU STRESS MAIS UN MÉTIER TRÈS INTÉRESSANT
Nous allons terminer cet article par un point positif. Le stress est très présent dans ce métier, qui est lui-même très captivant. L’évolution de notre société passe par la paie : 35 heures, loi TEPA, Régime Frais de santé obligatoire, et autres.
Les professionnels de la paie seront en première ligne pour établir correctement les premières paies avec le Prélèvement à la Source.

Commentaires

    • Brandini - 13 novembre 2018

      Merci pour cette description très réaliste de notre métier, méconnu, puisque le logiciel de paie fait tout… La vérité est que le risque est sous estimé par les employeurs en règle générale. Et comme nous ne sommes pas voyants, nous n’avons pas encore la boule ce Crystal sur nos bureaux, on essaie de limiter les dégâts quand les informations nous parviennent (quand on les a toutes). Mais oui notre métier est très interessant, je n’en changerai pas.

      Répondre au commentaires
    • Alexandra HENRY-LESIEUR - 16 février 2019

      Article réaliste😅J’adore la paie & le social !
      Et pour ma part, les séances de Yoga hebdomadaire et l’acunpuncture mensuel sont salutaires pour rester la plus détendue possible.
      Dommage que la plupart des cabinets, les RPS ne le prennent pas en compte, ça ne fait que rajouter du mauvais stress et des départs dans des cabinets ou sociétés qui ont réalisés que cette Zen Attitude est devenue indispensable pour stopper l’hémorragie des burn-out et du turn-over.😉

      Répondre au commentaires

Laisser un commentaire